Infolettre
Pelouse et horticulture
Environnement

Pelouse et horticulture

La biodiversité, c’est quoi?
La notion de biodiversité inclut la diversité des milieux naturels, la variété des espèces et la diversité génétique. L’équilibre de ces composantes est essentielle à la santé d’un écosystème.
Imaginez qu’une forêt de bouleaux subisse une épidémie d’insectes s’attaquant spécifiquement à cet arbre. On comprend que l’écosystème s’en remettra difficilement.

À l’inverse, une forêt composée d’une belle variété d’espèces arbustives, donc riche en biodiversité, retrouvera son équilibre malgré l’invasion. La perte d’espèces fragilise les milieux naturels, parfois de manière inaltérable. Favoriser la biodiversité assure la pérennité de nos espaces verts et de leurs habitants.

Ça commence dans votre cour!
Bien que la biodiversité puisse sembler un concept abstrait qui concerne surtout les organismes environnementaux, elle commence en fait chez vous, dès le pas de votre porte. En plus de vous fournir un cadre de vie apprécié, les milieux végétalisés situés sur votre terrain offrent des habitats à une foule d’animaux qui vous rendent en retour de nombreux services. En l’aménageant de manière à leur offrir gîte et nourriture, vous jouez un rôle essentiel dans la conservation des milieux naturels.

Voici quelques actions concrètes à poser en ce sens :

• Plantez des végétaux (arbres, arbustes et fleurs) de hauteurs différentes et sélectionnez des plantes indigènes qui produisent ensemble des fleurs ou des fruits tout au long de la saison. Pollinisateurs, oiseaux et petits mammifères pourront s’y nourrir ;

• Installez des nichoirs à oiseaux ou des dortoirs à chauves-souris. Ciblez les espèces que vous souhaitez attirer grâce au guide de Nature-Action Québec, disponible au http://nature-action.qc.ca/site/sites/default/files/pdf/ressources/Fiche-nichoir-NAQ-web.pdf ;

• Devenez un adepte de l’écopelouse :

  - Conservez sur votre parterre toutes les espèces végétales qui tolèrent bien la tonte, même celles considérées comme des mauvaises herbes ;

  - Maintenez une hauteur de 7,5 à 10 cm à chaque tonte, et laissez les résidus au sol. Ils le fertiliseront en se décomposant et favoriseront la rétention de l’humidité ;

  - Entretenez votre pelouse sans pesticides et fertilisez-la modérément à l’aide d’engrais naturels et organiques. Rappel : l’application de pesticides doit faire l’objet d’une demande de certificat d’autorisation, sauf pour les pesticides à « faible impact », incluant les biopesticides.

Mieux cohabiter avec les autres espèces
Espèce hyper invasive, l’humain transforme et détruit trop souvent l’environnement, au détriment d’autres espèces dont il gruge constamment les aires d’habitat et d’alimentation. Dans ces conditions, survivre représente un réel défi pour bien des animaux. Dans la fabuleuse mosaïque qu’est notre merveilleuse planète, notre survie dépend des autres espèces. Protégeons-les, elles nous le rendent si bien !


Guide municipal sur la biodiversité
Pour en savoir davantage sur la biodiversité et les gestes à poser, consultez notre nouveau guide La biodiverstité, ça commence chez vous.

Découvrez également le guide L’érosion des sols en secteur résidentiel, lui aussi disponible en ligne.

Les secrets d’une belle pelouse
En premier lieu, il faut définir la qualité de votre sol. Votre centre jardin offre le service d’analyse de sol.
- Comment est-il ?
- Le pH est-il acide ou alcalin ?
- La granulosité est-elle de type sablo-argileux, argilo-limoneux ou autre ?


Ensuite, comment est l’exposition solaire: soleil, mi-ombre ou ombre? Possédez-vous beaucoup d’arbres? Feuillus ou conifères? Vérifiez bien car les aiguilles de certains conifères acidifient le sol. Ces trucs vous guideront pour l’achat de la meilleure semence à utiliser.

Une bonne aération du sol aide à le décompacter, en facilite l’irrigation, favorise l’absorption des éléments nutritifs et la vie microbiologique de votre sol.

Un bon terreautage avec du compost est aussi recommandé. Incorporer à votre semence des légumineuses telles que le trèfle blanc ou le lotier corniculé. Ce sont des fixateurs d’azote naturel, et qui dit azote dit chlorophylle et gazon vert.

Deux avantages majeurs
- Le ver blanc n’aime pas ces variétés
- Pendant la période de canicule, l’herbe ne jaunit pas

Maintenir la longueur de votre pelouse de 2,5 à 3 pouces empêchera le hanneton d’y déposer ses oeufs et, en période de sécheresse, votre pelouse sera moins jaune. Ainsi, vous protégerez votre pelouse contre la punaise, car cette dernière n’aime guère l’herbe haute et humide.

Cette pratique consiste à laisser les feuilles mortes déchiquetées sur la pelouse. 

Consultez le dossier complet préparé par Recyc-Québec. 

Cette pratique consiste à laisser les résidus de tonte de gazon sur place plutôt que de les ramasser. Les avantages environnementaux et économiques sont:
  • Diminution du temps requis pour tondre le gazon, puisque les résidus de pelouse ne sont plus ramassés.
  • Réduction des besoins en fertilisant. Les résidus de tonte sont rapidement dégradés par les micro-organismes présents dans le sol, comblant environ 30 % des besoins en la matière.
  • Diminution des besoins en eau. Les résidus laissés sur place créent de l’ombrage sur le sol, limitant l’évaporation.
  • Diminution de la prolifération des mauvaises herbes puisqu’elles n’auront plus l’espace pour s’installer.
  • Réduction du volume de déchets puisque les résidus ne sont plus ramassés. La quantité de déchets transportés et enfouis est de beaucoup réduite.


Consultez le site www.pelousedurable.com pour obtenir une foule de renseignements utiles qui vous aideront à avoir une belle pelouse cet été!

Consultez le dossier complet préparé par Recyc-Québec. 

À Lorraine, l’utilisation de pesticides est strictement contrôlée en raison des risques pour la santé et l’environnement associés à ces produits. Toute application de pesticides doit faire l’objet d’une demande de permis, sauf pour les exceptions suivantes :

- Les produits destinés au traitement de l’eau dans une piscine publique ou privée ;
- Le contrôle et la destruction des animaux qui constituent un danger pour les humains ;
- Les pesticides à « faible impact » incluant les biopesticides ;
- L’utilisation de pesticides sous forme de capsules à injecter dans le tronc pour le traitement d’arbres matures sérieusement affectés par un ravageur.

Pour consulter le règlement 226-1 abrogeant et remplaçant le règlement 226 assurant le contrôle des pesticides sur le territoire de la Ville de Lorraine, cliquez ici.


Demander un permis
Pour faire une demande de permis afin d’utiliser des pesticides sur le territoire de la Ville de Lorraine, veuillez remplir le formulaire en ligne et nous le transmettre par courriel ou imprimer et remplir le formulaire téléchargeable ici et le remettre au Service de l’environnement (coordonnées au bas de la page). La demande de permis est gratuite.

Lorsqu’un permis vous est accordé, vous devez confier le travail à une entreprise autorisée à appliquer des engrais ou des traitements phytosanitaires sur le territoire de la Ville de Lorraine. Le registre des entreprises autorisées est renouvelé à chaque année. (voir section suivante)


Cliquez ici pour consulter la liste des entreprises autorisées à appliquer des engrais ou des pesticides sur le territoire de Lorraine. Cette liste sera mise à jour, s’il y a lieu, à chaque vendredi.

Notez que ce registre ne constitue pas un endossement de la part de la Ville concernant la qualité des services offerts par ces entreprises.

Pour communiquer avec l’agente en environnement
Tél. : 450 621-8550, poste 333
Courriel : environnement@ville.lorraine.qc.ca

Chenille - livrée d’Amérique et livrée du nord
La livrée d’Amérique et la livrée du nord sont des chenilles qui deviennent un papillon de nuit en juin/juillet. Elles se nourrissent des feuilles des arbres suivants : chênes, frênes, cerisiers, pommiers et pommetiers. Il est rare que l’insecte tue un arbre bien qu’il peut ralentir sa croissance en se nourrissant de ses feuilles. La livrée est une espèce indigène, originaire d’ici. Des prédateurs naturels contrôlent leurs populations. Une population anormale a été répertoriée au parc Lorraine ainsi que dans les pommiers des terre-pleins sur le boulevard De Gaulle au printemps 2017.

Comment s’en débarrasser ?
Si la population est localisée, coupez et brûlez la branche d’arbre. Délogez les nids (tente de soie) avec un bâton et brûlez-les.

L’utilisation d’un jet à pression constitué de détergent Sunlight (savon à vaisselle) peut également être utilisé. Il suffit de viser les zones infestées pour déloger les chenilles. Si l’infestation est généralisée sur l’arbre, faites appel à un entrepreneur autorisé par notre registre et demandez un traitement biologique issu de bactéries. Aucun permis n’est nécessaire pour procéder à un tel type de traitement.