Infolettre
Insectes et parasites
Environnement

Insectes et parasites

L’agrile du frêne est un insecte exotique originaire d’Asie qui s’attaque à toutes les essences de frênes de nos régions. En moyenne, un frêne sain infesté par le ravageur sera détruit en trois à sept années. Ce sont les larves de l’agrile du frêne qui nuisent à l’arbre en creusant des galeries en forme de « S » sous l’écorce.

Depuis sa première observation au Québec à Carignan, en 2008, l’agrile du frêne a été répertorié dans de nombreuses municipalités du sud-ouest de la province, notamment dans la région de Montréal.

Son arrivée sur notre territoire
À Lorraine, les premiers spécimens de ce ravageur ont été découverts à l’été 2015 grâce au réseau de pièges mis en place par la Ville en 2014. C’est donc pour gérer l’infestation de cet insecte envahissant, de même que les répercussions de sa prolifération sur notre patrimoine forestier, que le présent plan d’action a été élaboré. Nos efforts s’inscrivent dans le cadre de la Stratégie métropolitaine de lutte contre l’agrile du frêne 2014-2024, lancée par la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), laquelle invite toutes les municipalités à adopter un plan d’action et à coordonner leurs efforts pour contenir l’infestation.

Le Plan de gestion de l’agrile du frêne de la Ville de Lorraine s’échelonne de 2016 à 2024 et prévoit des mesures permettant de ralentir l’infestation de même que la mortalité des frênes sur le territoire lorrain. Il permettra également de gérer et d’amenuiser les conséquences financières, paysagères et écologiques de cette malheureuse situation.

Pour en savoir plus
Comment identifier un frêne
Identification d’un frêne et signes d’infestation (Source : Ville de Boisbriand)

Vidéo sur l’agrile du frêne produite par la Communauté métropolitaine de Montréal
Épisode de la Semaine verte portant sur l’infestation de l’agrile du frêne
- Réglementation concernant l’agrile du frêne

Traitement ou abattage d’un frêne
Cinq années se sont écoulées depuis le début de l’infestation de l’agrile du frêne sur notre territoire, cet insecte ravageur venu d’Asie. À moins qu’ils aient été traités avec un pesticide adéquat (par exemple, le biopesticide TreeAzin), plusieurs frênes de notre territoire ont déjà atteint un état de dépérissement avancé ou sont morts.

Les frênes affectés par l’agrile meurent en moyenne au bout de trois à sept ans après avoir hébergé les premières larves d’agrile. Le dépérissement des arbres, observable par la mort de leurs branches, survient donc rapidement. Devant cette situation, les propriétaires ont le choix de faire abattre leurs frênes ou d’appliquer un traitement, renouvelable aux deux ans.

Tarif préférentiel pour le traitement des frênes contre l’agrile
Afin de limiter le fardeau financier des citoyens, un tarif préférentiel est mis à votre disposition pour le traitement de vos frênes au biopesticide TreeAzin, une mesure de soutien permettant des économies estimées à 50 % par rapport aux prix du marché. Voici l’information sur ce traitement et le tarif préférentiel dont vous pouvez bénéficier

Fournisseur retenu : Service d’entretien d’arbres Viau inc.
Personne-ressource : Mme Alexandra Vigneault
Téléphone : 438 406-1819
Courriel : info@arbresviau.com

Prix pour les citoyens, commerces et institutions de la ville de Lorraine :
2020 : 3,50 $/cm de diamètre calculé à 1,4 m du sol (avant taxes)  
2021 : 3,55 $/cm de diamètre calculé à 1,4 m du sol (avant taxes)

Période de traitement : Du 15 juin au 31 août pour les années 2020-21

Fréquence de traitement recommandée : Aux deux ans 

  • Le traitement est efficace si la cime de l’arbre est dépérie à moins de 30 %. Dans le cas où plus de 30 % de la cime d’un frêne est morte, l’abattage devient obligatoire selon le Règlement 242 relatif à la lutte contre la propagation de l’agrile du frêne sur le territoire de la ville de Lorraine et ses amendements ;

  • Aucune demande de permis n’est nécessaire pour le traitement au TreeAzin ;

  • Ce traitement ne garantit pas la survie d’un frêne infesté par l’agrile du frêne. Il en augmente cependant considérablement les chances.

Abattage d’un frêne
Chaque année, la Ville conclut une entente avec une entreprise pour l’abattage de frênes sur des terrains municipaux. Selon cette entente, les citoyens qui souhaitent faire abattre leurs frênes peuvent s’inscrire sur une liste afin d’obtenir une soumission de l’entreprise retenue par la Ville, et ainsi profiter d’une économie d’échelle potentiellement avantageuse.

Si cette option vous intéresse, veuillez communiquer avec le Service de l’urbanisme et de l’environnement avant 11 h le mercredi 30 septembre 2020 pour vous inscrire sur la liste. 

Résumé de la réglementation municipale sur l’abattage des frênes

Abattage obligatoire

  • Un propriétaire a l’obligation d’abattre tout frêne sur sa propriété si au moins 30 % de ses branches sont mortes.

Période d’abattage autorisée

  • Du 1er octobre au 15 mars (sauf si l’arbre est dangereux)

Certificat d’autorisation pour l’abattage d’un frêne

  • Le certificat d’autorisation est obligatoire et gratuit pour l’abattage de frênes.

  • Le remplacement par un autre arbre pourrait être exigé.

Gestion des résidus de frêne (branches, troncs et souches)

  • Confiez la gestion des résidus de frêne à l’entreprise d’abattage. Celle-ci doit communiquer avec la Ville pour s’assurer de respecter la réglementation en vigueur.

  • Il est possible de conserver les résidus sur place pour les utiliser comme bois de chauffage. Le bois de frêne doit toutefois rester à l’intérieur des limites de la propriété. De plus, nous vous invitons à consulter et à respecter les normes pour l’entreposage du bois de chauffage.

 

Autres insectes et parasites

La livrée d’Amérique et la livrée du nord sont des chenilles qui deviennent un papillon de nuit en juin/juillet. Elles se nourrissent des feuilles des arbres suivants : chênes, frênes, cerisiers, pommiers et pommetiers. Il est rare que l’insecte tue un arbre bien qu’il peut ralentir sa croissance en se nourrissant de ses feuilles. La livrée est une espèce indigène, originaire d’ici. Des prédateurs naturels contrôlent leurs populations. Une population anormale a été répertoriée au parc Lorraine ainsi que dans les pommiers des terre-pleins sur le boulevard De Gaulle au printemps 2017.

Comment s’en débarrasser ?
Si la population est localisée, coupez et brûlez la branche d’arbre. Délogez les nids (tente de soie) avec un bâton et brûlez-les.

L’utilisation d’un jet à pression constitué de détergent Sunlight (savon à vaisselle) peut également être utilisé. Il suffit de viser les zones infestées pour déloger les chenilles. Si l’infestation est généralisée sur l’arbre, faites appel à un entrepreneur autorisé et demandez un traitement biologique issu de bactéries. Aucun permis n’est nécessaire pour procéder à un tel type de traitement.

GDG Environnement a reçu le mandat d’effectuer le contrôle des moustiques à Lorraine. Un aéronef ou un hélicoptère sera utilisé pour traiter certaines parcelles de forêt et des marécages. Le produit utilisé est le B.t., qui est sans danger pour la faune, la flore et les humains. À noter que les cours d’eau ne sont pas traité et que nous ne visons pas l’éradiquation complète. 

Ces travaux d’épandage auront lieu à quelques reprises jusqu’au 15 septembre, selon les conditions météorologiques.

Vous pouvez participer au contrôle des moustiques en éliminant les sources d’eau stagnante (pouponnières à moustiques) sur votre propriété :
  - videz tout contenant : pneu, seau, vasque et autres;
  - Assurez un égouttement adéquat de vos gouttières;
  - Retournez chaloupes et canots;
  - Démarrez votre piscine tôt dans la saison.

Info-moustique :
1 844 840-8700, infomoustique@gdg.ca

En savoir plus sur le produit BTI utilisé par GDG Environnement. 
Complément d’information suite au reportage de La semaine verte


Des citoyens pourraient se questionner sur l’utilisation d’insecticides biologiques sur la santé. Un reportage diffusé à La semaine verte a soulevé des questions. Voici plusieurs références sur le sujet. 

Reportage La semaine verte
https://ici.radio-canada.ca/tele/la-semaine-verte/site/episodes/461286/bti-larvicide-insecticide  

Voici d’autres liens pertinenents :
https://www.actualites.uqam.ca/2017/risque-au-canada-epidemie-de-maladie-chikungunya-et-zika

https://www.inspq.qc.ca/zoonoses/vno

https://www.meteomedia.com/ca/nouvelles/article/malgre-un-declin-mondial-des-insectes-les-moustiques-se-portent-bien

Études : 
https://science.sciencemag.org/content/368/6489/417.full?ijkey=V2uhf3WniYR0.&keytype=ref&siteid=sci

Le Bacillus Thuringiensis Israelensis et le contrôle des insectes piqueurs au Québec, Enrionnement Québec